Jumat, 06 September 2019

Télécharger L'année nue PDF

L'année nue


Book's Cover ofL'année nue
4.12 étoiles sur 5 de 4 Commentaires client

Télécharger L'année nue PDF - De toutes les années noires qui marquèrent la Russie de la Révolution l'année 1919 est sans conteste la plus terrible la plus désespérante celle où la misère en vint à dépouiller les êtres corps et âme. C'est cette "année nue" que Boris Pilniak évoque ici avec toute la rage d'un homme dont le souci a toujours été d' "écrire autrement ". Dans ce roman pas de jolies f...

Télécharger Livres En Ligne

Les détails de L'année nue

Le Titre Du LivreL'année nue
AuteurBoris Pilniak
ISBN-102862607169
Date de publication30/11/1998
Livres FormateBook PDF ePub
Catégoriesrécits
Mots clésL'année
Évaluation des clients4.12 étoiles sur 5 de 4 Commentaires client
Nom de fichierl-année-nue.pdf
Taille du fichier23.16 MB (la vitesse du serveur actuel est 25.55 Mbps

Vous trouverez ci-dessous quelques critiques les plus utiles sur L'année nue. Vous pouvez considérer cela avant de décider d'acheter ou de lire ce livre.
Je me trouve présentement avec un bien charmant bâton merdeux entre les mains pour rédiger cette chronique. En effet dire que ce roman de Boris PILNIAK est original serait faire preuve d'un euphémisme exacerbé. Disons-le tout de suite je ne suis pas certain d'avoir bien compris ce que l'auteur décrit. le savait-il lui-même ? Mais cela suffit détaillons les faits. le livre écrit en 1920 évoque la nouvelle Russie post révolutionnaire tout juste née et déjà malade plus précisément cette année nue de 1919. Ici pas de personnages principaux mais des tas de figures se croisant de tous bords de toutes obédiences. En toile de fond la famine la misère un pays reconstruit à partir de bouts de ficelles qui avance à l'aveuglette. Cette espèce d'immense épopée se passe en grande partie dans les steppes d'une Russie rurale près de l'Asie. On s'y suicide en masse on avorte à gogo on picole les fêtes ressemblent à une caricature grotesque d'un peuple heureux des orgies païennes et mémorables. Heureux ce peuple l'est pourtant dans les champs décidé à ne plus rien posséder tout laisser à la collectivité à la communauté. Mais rien que la structure narrative est complexe alternant le présent avec un passé ancestral garni de rites de coutumes de légendes. Les chapitres sont bizarrement découpés on peut y lire des chansons populaires des extraits de bouquins d'affiches les nombreux personnages présents sont effacés comme inexistants. Sur ce point je dirais que l'auteur a voulu pointer le mal que fait cette Russie bolchevique en annihilant l'humain en tant qu'individu. Ce roman me paraît expérimental dans son tronçonnement les anecdotes très variées survenant comme un cheveu sur la soupe. Il serait même plausible que des parties aient été écrites comme des cadavres exquis. Ce dont on est sûrs c'est qu'il s'agit d'un puzzle de l'auteur. En effet ce roman est tissé à partir de nouvelles et autres écrits de PILNIAK avant 1920. Détricoté aussi. Car lorsque l'auteur se lance par exemple sur la piste des « Verts » ces contestataires individualistes qui refusant toute obéissance se terrent dans les bois pour y vivre c'est pour mieux les abandonner ensuite sans que l'on sache vraiment ce qu'il advient d'eux. Il en est de même pour les groupuscules anarchistes plus ou moins organisés. Ils échouent mais dans un brouillard opaque. L'horloge omniprésente (peut-être le personnage le plus important du récit) égrène les heures les minutes. le folklore russe est très représenté et nous permet de connaître un peu plus la vie jadis dans ces régions rudes reculées et glaciales. On y parle magie noire. Et on en vient au grand questionnement : et si ce livre complètement morcelé était un chef d'oeuvre ? Morcelé comme la Russie de 1919 éparpillé tout comme elle. Souvenez-vous des bouts de ficelle évoqués plus haut dans cette chronique le livre semble lui-même avoir été écrit de cette façon avec des bouts de chandelles sur des ruines accouchant d'une fresque présentée en puzzle comme l'est cette Russie dynamitée qui comme le récit fait du neuf avec du vieux. PILNIAK appelle les bolcheviks « Les hommes en vestes de cuir ». La cruauté s'immisçant partout STALINE lui-même reprendra cette expression dans ses discours. Précisons que PILNIAK était anarchiste férocement opposé au bolchevisme. On se demande si dans ce livre se cachent des pensées subliminales si la structure même n'est pas là rien que pour brouiller les pistes. Car en plus de ce patchwork sans nom concernant les noms des personnages justement PILNIAK s'amuse à en prénommer deux de la même façon mais parfois sans rajouter le patronyme ce qui nous fait douter de l'identité de l'interlocuteur. Cette « Année nue » pourrait être classée du côté des dystopies mais elle est trop décalée pour ceci. Elle n'est pas complètement historique car bien que le fond le soit franchement la forme déroute elle est par ailleurs en tout point novatrice. Peut-être qu'en fin de compte on y trouve ce que l'on veut bien y trouver et que ce « truc » hybride peut être compris de différentes façons. Il est considéré comme le tout premier roman dénonçant le bolchevisme d'où sa valeur historique. Quoi qu'il en soit GORKI va tirer sur PILNIAK à boulets rouges un PILNIAK au centre de la scène devenant un paria et accusé de trotskysme. Il est fusillé en 1938. Si vous décidez de vous attaquer à ce livre n'y allez pas au trot les mains dans les poches et en sifflotant vous pourriez changer de mélodie après seulement quelques pages constatant que vous ne contrôlez plus une monture qu'il vous faudra pourtant ménager pour parvenir au terme de cette tumultueuse aventure.Je me trouve présentement avec un bien charmant bâton merdeux entre les mains pour rédiger cette chronique. En effet dire que ce roman de Boris PILNIAK est original serait faire preuve d'un euphémisme exacerbé. Disons-le tout de suite je ne suis pas certain d'avoir bien compris ce que l'auteur décrit. le savait-il lui-même ? Mais cela suffit détaillons les faits. le livre écrit en 1920 évoque la nouvelle Russie post révolutionnaire tout juste née et déjà malade plus précisément cette année nue de 1919. Ici pas de personnages principaux mais des tas de figures se croisant de tous bords de toutes obédiences. En toile de fond la famine la misère un pays reconstruit à partir de bouts de ficelles qui avance à l'aveuglette. Cette espèce d'immense épopée se passe en grande partie dans les steppes d'une Russie rurale près de l'Asie. On s'y suicide en masse on avorte à gogo on picole les fêtes ressemblent à une caricature grotesque d'un peuple heureux des orgies païennes et mémorables. Heureux ce peuple l'est pourtant dans les champs décidé à ne plus rien posséder tout laisser à la collectivité à la communauté. Mais rien que la structure narrative est complexe alternant le présent avec un passé ancestral garni de rites de coutumes de légendes. Les chapitres sont bizarrement découpés on peut y lire des chansons populaires des extraits de bouquins d'affiches les nombreux personnages présents sont effacés comme inexistants. Sur ce point je dirais que l'auteur a voulu pointer le mal que fait cette Russie bolchevique en annihilant l'humain en tant qu'individu. Ce roman me paraît expérimental dans son tronçonnement les anecdotes très variées survenant comme un cheveu sur la soupe. Il serait même plausible que des parties aient été écrites comme des cadavres exquis. Ce dont on est sûrs c'est qu'il s'agit d'un puzzle de l'auteur. En effet ce roman est tissé à partir de nouvelles et autres écrits de PILNIAK avant 1920. Détricoté aussi. Car lorsque l'auteur se lance par exemple sur la piste des « Verts » ces contestataires individualistes qui refusant toute obéissance se terrent dans les bois pour y vivre c'est pour mieux les abandonner ensuite sans que l'on sache vraiment ce qu'il advient d'eux. Il en est de même pour les groupuscules anarchistes plus ou moins organisés. Ils échouent mais dans un brouillard opaque. L'horloge omniprésente (peut-être le personnage le plus important du récit) égrène les heures les minutes. le folklore russe est très représenté et nous permet de connaître un peu plus la vie jadis dans ces régions rudes reculées et glaciales. On y parle magie noire. Et on en vient au grand questionnement : et si ce livre complètement morcelé était un chef d'oeuvre ? Morcelé comme la Russie de 1919 éparpillé tout comme elle. Souvenez-vous des bouts de ficelle évoqués plus haut dans cette chronique le livre semble lui-même avoir été écrit de cette façon avec des bouts de chandelles sur des ruines accouchant d'une fresque présentée en puzzle comme l'est cette Russie dynamitée qui comme le récit fait du neuf avec du vieux. PILNIAK appelle les bolcheviks « Les hommes en vestes de cuir ». La cruauté s'immisçant partout STALINE lui-même reprendra cette expression dans ses discours. Précisons que PILNIAK était anarchiste férocement opposé au bolchevisme. On se demande si dans ce livre se cachent des pensées subliminales si la structure même n'est pas là rien que pour brouiller les pistes. Car en plus de ce patchwork sans nom concernant les noms des personnages justement PILNIAK s'amuse à en prénommer deux de la même façon mais parfois sans rajouter le patronyme ce qui nous fait douter de l'identité de l'interlocuteur. Cette « Année nue » pourrait être classée du côté des dystopies mais elle est trop décalée pour ceci. Elle n'est pas complètement historique car bien que le fond le soit franchement la forme déroute elle est par ailleurs en tout point novatrice. Peut-être qu'en fin de compte on y trouve ce que l'on veut bien y trouver et que ce « truc » hybride peut être compris de différentes façons. Il est considéré comme le tout premier roman dénonçant le bolchevisme d'où sa valeur historique. Quoi qu'il en soit GORKI va tirer sur PILNIAK à boulets rouges un PILNIAK au centre de la scène devenant un paria et accusé de trotskysme. Il est fusillé en 1938. Si vous décidez de vous attaquer à ce livre n'y allez pas au trot les mains dans les poches et en sifflotant vous pourriez changer de mélodie après seulement quelques pages constatant que vous ne contrôlez plus une monture qu'il vous faudra pourtant ménager pour parvenir au terme de cette tumultueuse aventure.https://deslivresrances.blogspot.frLien : https://deslivresrances.blog.. + Lire la suite
Ce livre est un diamant brut.

Share this

0 Comment to "Télécharger L'année nue PDF"

Posting Komentar